PARTAGER CETTE PAGE

La Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL) qui est une organisation intergouvernementale composée de 12 Etats africains, a organisé une réunion sur l’harmonisation de son Protocole sur la lutte contre l’exploitation illégale des ressources naturelles, du 21 au 24 mars 2017, à l’hôtel Béatrice de Kinshasa, République Démocratique du Congo (RDC).
Les participants à cette réunion étaient des conseillers juridiques venant des ministères des Mines des pays membres de la CIRGL et des points focaux juridiques de tous les pays membres de ladite organisation : Angola, Burundi, République Centrafricaine, République du Congo, RDC, Kenya, Rwanda, Sud-Soudan, Soudan, Tanzanie, Ouganda et la Zambie. La République Arabe d’Egypte, en sa qualité de membre coopté de la CIRGL, le Forum des Parlements de la CIRGL les partenaires de la CIRGL dont la GIZ.
Etant partenaire de la CIRGL, la Collaboration Transfrontalière du Grand Virunga (GVTC) et organisation intergouvernementale de trois pays dont la RDC, le Rwanda et l’Ouganda, était également associée à ces assises en qualité d’observateur.
La réunion a été officiellement ouverte par Mr. Ngoy Lulu, Directeur des Ressources humaines du Ministère congolais (RDC) des Affaires étrangères et Intégration régionale. A cette session d’ouverture, le Coordinateur national de la CIRGL en RDC, l’Ambassadeur Kakese Vinalu ; le Représentant du Secrétariat exécutif de la CIRGL, l’Ambassadeur Ambeyi Ligabo ont respectivement pris la parole.
Dans son allocution, Mr. Lulu a rappelé que la Région des Grands Lacs est connue à travers le monde grâce à ces régions riches en ressources naturelles et cela, au lieu de tirer profit de la plupart de ces ressources naturelles, ses populations sont devenues victimes de cette abondance en ressources naturelles Aussi a-t-il remarqué que le protocole à même de combattre l’exploitation illégale des ressources naturelles est l’un des plus importants protocoles dans la lutte contre les groupes armés négatifs qui établi leurs sanctuaires dans les zones les plus riches de la région afin de pouvoir continuer l’exploitation illégale et le commerce des ressources naturelles au détriment des populations locales et de toute la région.
Le Coordinateur national de la CIRGL a, quant à lui, souhaité aux participants la bienvenue à Kinshasa, avant de précisé que la domestication du protocole de lutte contre l’exploitation illégale des ressources naturelles dans tous les Etats de la CIRGL, l’exploitation illégale et le commerce de ces ressources seront éradiqués, conduisant ainsi à la paix durable, à la sécurité et à la stabilité, aussi bien qu’à l’amélioration de la transparence et de la bonne gouvernance en matière de gestion des ressources naturelles. Aussi a-t-il relevé que deux Etats seulement (RDC &Rwanda), ont jusque-là domestiqué deux protocoles sur les 10 au cours de ces 9 dernières années depuis la ratification du PACT.
Dans leurs recommandations, les participants ont rappelé, entre autres, la Déclaration du Sommet Spécial de la CIRGL des Chefs d’Etats et des Gouvernements, tenu à Lusaka, en Zambie le 15 décembre 2010 sur la lutte contre l’exploitation illégale des ressources naturelles, particulièrement l’article 9 par lequel les pays membres se sont engagés à domestiquer le protocole ; et par la même occasion, ils ont mis à jour la feuille de route relative à la domestication des protocoles, spécialement le Protocole sur la lutte contre l’exploitation illégale des ressources naturelles dans leurs Etats respectifs afin de la soumettre à la réunion des Secrétariats Permanents issus des Ministères en charge des Mines.

GVTC Communication Service