Media Center

Home | Media Center

DOCUMENTS

  • Trilateral Memorandum of understanding...

    File size: 2.1 Mo

  • Transboundary Core Secretariat - Ten year...

    File size: 665 ko

  • Protocole d’entente trilatéral entre l’UWA,...

    File size: 2.1 Mo

Lancement de la Cérémonie Kwita Izina au Stade de Musanze

JPEG - 116.9 ko

D imanche 29 juin 2014, Mr Télesphore Ngoga, Chef de Division de la Conservation au sein de Rwanda Development Board(Office Rwandais de Développement), a procédé à l’inauguration de la cérémonie « Kwita Izina » de 18 jeunes gorilles qui sont nés et qui ont survécu depuis la cérémonie similaire de l’an dernier. Ladite cérémonie a eu lieu au Stade de Muzanze, en présence d’autres invités de marque et associations soutenues par RDB et ses partenaires dans leur œuvre de conservation communautaire. Au terme du lancement de cette cérémonie touristique allant du 29 juin au 1er juillet 2014, Mr Télesphore Ngoga a répondu à certaines questions de la presse tant locale qu’internationale, y compris celle de Greater Virunga Transboundary Collaboration (GVTC).

Q1 : Bonjour Monsieur ! Voudriez-vous vous présenter à nos lecteurs et auditeurs de GVTC ?
TN : Je suis Télésphore Ngoga, Chargé de la Conservation à l’Agence Rwandaise pour la promotion du Développement (RDC).

Q2 : Pourriez-vous nous dire quelle est la valeur du gorille dans le tourisme au Rwanda ?
TN : la valeur du gorille dans le tourisme au Rwanda est grande. Le tourisme rwandais est au top, par rapport à d’autres activités qui font entrer des devises dans le pays. Sur quatre ans consécutifs, le tourisme est venu en première place en matière d’entrée de devises ans le pays. Je dirais que 80% de rentrées de ces devises sont liées au tourisme des gorilles. Nous avons eu autour de 30.000 visiteurs pour l’année qui vient de s’achever.
Pour la cérémonie « Kwita izina », nous n’avons pas invité que des étrangers ; mais des Africains, des Rwandais aussi. C’est pour les inviter aussi et leur donner également l’opportunité de se sentir fiers du patrimoine que nous héritons de notre nature. Il ya tant de pays africains qui n’ont pas de gorilles de montagne ; en effet nous ne les avons que dans trois pays à savoir le Rwanda, l’Uganda & la République Démocratique du Congo. Et même dans ces pays, ce n’est pas tout le monde qui a vu le gorille de montage. Voilà pourquoi nous invitons des Africains et autres ressortissants du monde, pas seulement pour se contenter de la présence des gorilles mais aussi apprécier nos efforts relatifs à la conservation.

Q3 : A quoi sert donc la cérémonie « Kwita Izina » ?
TN : « Kwita Izina » c’est pour faire preuve de réussite au monde entier dans les efforts de conservation des gorilles de montagne qui, comme vous le savez, sont en danger de disparition. Nous sommes parvenus à les préserver et à titre d’exemple, les derniers recensements ont montré que de 2003 à 2010, la population des gorilles de montage s’est accrue de 26.3% ; ce qui est une raison de fierté et à travers le Kwita Izina qui est, en principe, une cérémonie traditionnelle d’attribution des noms aux enfants des humains que nous avons aussi collé à la conservation des gorilles pour montrer la valeur de donner des noms à ces gorilles qui certainement font notre fierté ; qui non seulement sont reconnus relatifs à l’être humain mais aussi qui font partie de notre patrimoine naturel et économique.

Q4 : Parmi les éléments du patrimoine culturel rwandais à visiter ici, il n’y a pas que des gorilles. Qu’y a-t-il d’autres ?
TN : Effectivement, il n’y a pas que des gorilles. Dans notre stratégie de promotion du tourisme, nous sommes en train de voir comment ouvrir d’autres horizons à d’autres produits parce que nous n’avons pas que des gorilles qui sont par ailleurs des êtres fragiles. Une fois qu’ils seraient en danger, le Rwanda devrait continuer à être visité. Nous exploitons donc notre héritage culturel, lié à la nature du pays pour attirer le monde entier à visiter le Rwanda.

Q5 : A combien de jeunes gorilles allez-vous donner les noms ce 1er juillet 2014 ?
TN :Le 1er juillet 2014 nous allons donner le nom à 18 jeunes gorilles qui sont nés et qui ont survécu après la dernière cérémonie, celle de l’année passée.

Q6 : Est-ce que les visiteurs, y compris les journalistes, ont des facilités d’obtenir des visas pour visiter le Rwanda ?
TN : L’administration de ces visas est une chose qui a été bien réfléchie dans la région et nous avons bien trouvé qu’il y a des intérêts partagés entre nos trois pays ; par exemple il y a des gorilles que nous partageons avec nos pays voisins mais aussi d’autres faits d’écosystèmes partagés entre lesdits pays. Nous sommes donc complémentaires. Quelqu’un qui entrerait par le Kenya aimerait entrer au Rwanda pour visiter les gorilles de montagne ; quelqu’un qui entrerait par le Rwanda souhaiterait y visiter les gorilles de montagne et autres faits naturels et historiques mais également visiter les forêts d’Uganda ou les savanes du Kenya et nous ne craignons pas qu’il y ait un pays qui ait la part du lion ; et nous espérons tous profiter équitablement et c’est une chose que nous avons bien pensé.

Q7 : En dépit de ce que vous venez de dire, pensez-vous qu’il soit facile de partir de l’étranger pour venir au Rwanda et y faire du tourisme ? Quelles sont les facilités d’obtention de visa, l’accès aux gorilles, le transport au Rwanda… ?
TN : C’est facile. Et nous avons un avantage par rapport à d’autres pays, à savoir que notre pays, le Rwanda, des fois, vous pouvez le traverser en une journée. L’autre avantage en est que les grands axes routiers sont bitumés, ce qui rend le transport facile. Ensuite, il y a des facilités d’obtention des visas. Vous pouvez requérir ces derniers en ligne à partir de votre pays et obtenir des facilités d’entrer à l’arrivée. Donc c’est très facile. Le transport est facile, autant que les possibilités d’hébergement. Tout cela est tellement en expansion que tout étranger venant visiter le Rwanda aura les facilités nécessaires pour y passer un séjour paisible.

Q8 : Pouvez-vous nous dire comment RDB apprécie les efforts de GVTC pour la collaboration transfrontalière en vue de la conservation des parcs transfrontaliers entre les trois pays à savoir la RDC, le Rwanda et l’Uganda ?
TN : La collaboration transfrontalière du Grand Virunga (de GVTC) est un mécanisme de collaboration qui a été mis sur pied par nos trois pays et avec nos trois institutions de gestion des aires protégées à savoir RDB(Rwanda), UWA(Uganda) et ICCN du Congo. C’est donc un mécanisme qui nous aidera à mettre ensemble nos efforts de conservation de l’écosystème partagé du Grand Virunga. Nous apprécions actuellement les réalisations de ce mécanisme(GVTC) depuis sa mise en place. Il y a des réalisations qui sont maintenant visibles sur le terrain, il y a eu des projets qui ont été mis en exécution, il y a aussi le fait que le mécanisme de collaboration nous aide dans l’attraction des donateurs pour l’action de conservation. Donc c’est un mécanisme que nous apprécions et que nous voudrions voir se maintenir.

Q9 : La protection des gorilles des montagnes va-t-elle de paire avec la protection des communautés humaines avoisinant les parcs ?
Notre exercice annuel chevauche deux années civiles. Cette année 2013-2014 par exemple, nous avons versé 311 millions des Francs rwandais comme appui à la réalisation des projets communautaires.

Q10 : A combien d’effectifs pouvez-vous estimer la population totale des gorilles au Rwanda ?
TN : Nous les estimons autour de 400 gorilles sur le massif du Virunga en RDC, au Rwanda et en Uganda. Ce chiffre s’étend également aux gorilles sauvages. Mais le chiffre que nous suivons régulièrement au niveau de nos parcs nationaux est estimé à 285 gorilles.
GVTC Communication Service

À propos de GVTC

La Collaboration transfrontalière du Grand Virunga est un cadre de gestion stratégique, transfrontalière et collaborative du paysage du Grand Virunga

              

Inscription à la newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des nouvelles et des mises à jour.

Informations de contact

Nyarutarama Road, Nyarutarma
PO Box 6626, Kigali, Rwanda
Téléphone: +(250) 252-580-429
Mobile +(250) 788-573-965
Email info@greatervirunga.org
Site web: www.greatervirunga.org

© Copyright GVTC, Tous droits réservés 2017.