Media Center

Home | Media Center

DOCUMENTS

  • Trilateral Memorandum of understanding...

    File size: 2.1 Mo

  • Transboundary Core Secretariat - Ten year...

    File size: 665 ko

  • Protocole d’entente trilatéral entre l’UWA,...

    File size: 2.1 Mo

Besoins en information et protection de la biodiversité dans le Parc National de Virunga

JPEG - 63.8 ko

Comme annoncé précédent sur le site web de GVTC, cette Institution intergouvernementale a organisé, du 3 au 4 septembre 2014 à l’Hôtel Ishango de Goma (Nord Kivu), un séminaire portant sur le thème « Besoins en Information et Conservation Communautaire ».

Une trentaine de participants à ce séminaire sont venus de différentes collectivités riveraines au Parc National de Virunga, les autorités des aires protégées du Nord Kivu, les autorités coutumières, les autorités politiques ainsi que les organisateurs de GVTC et leurs partenaires. Pendant deux jours, ces participants ont pu ainsi dégager les besoins en information utile à la conservation communautaire et identifier quelques actions prioritaires pour la protection de la biodiversité à moyen et long terme dans le Paysage du Grand Virunga.

Dans son mot d’introductif, le Secrétaire Exécutif de GVTC, Dr Georges Muamba Tshibasu, a retracé les origines de cette Institution ainsi que son mandat et ses réalisations. Le sigle « GVTC »(Greater Virunga Transboundary Collaboration), a-t-il précisé, a été adopté à l’unanimité comme concept officiel de la collaboration entre la RDC, le Rwanda et l’Ouganda. En ce jour, a-t-il poursuivi, GVTC se présente, et même sur le terrain où ses réalisations sont perceptibles, comme un mécanisme de collaboration stratégique et transfrontalière en vue de la préservation des ressources naturelles dans les aires protégées qui longent les trois pays avec pour finalité la protection durable de la biodiversité et ressources naturelles, l’exploitation judicieuse et durable des ressources naturelles pour le développement socioéconomique de nos trois pays qui ont un patrimoine culturel qu’ils se partagent et qui de ce fait, doivent apprendre à travailler et à vivre ensemble.

De manière générale, la vision de GVTC consiste donc préserver durablement la biodiversité en cette zone transfrontalière de sorte que les générations futures puissent en bénéficier le plus durablement possible, sinon pour l’éternité. Pour ce faire, une collaboration est nécessaire entre trois Etats dont la RDC, le Rwanda et l’Ouganda. Cela est d’autant pertinent qu’il persiste des problèmes transfrontaliers qu’un seul Etat, à lui seul, ne saurait résoudre. C’est le cas par exemple du braconnage transfrontalier qui nécessite la conjugaison des efforts entre les Etats membres du Paysage du Grand Virunga. En outre, Dr Muamba Tshibasu a fait allusion à ces gorilles qui traversent d’une frontière à l’autre et dont la gestion nécessite une collaboration entre les pays transfrontaliers. Aussi peut-on penser à bien d’autres problèmes qui exigent à ce que les responsables politiques de trois pays et leurs autorités des aires protégées se mettent ensemble de manière stratégique et collaborative dans le but de trouver des solutions à divers problèmes auxquels font face leurs populations respectives.

La création de GVTC prend ses origines modeste dans la collaboration informelle en 1990 des Conservateurs des parcs qui a connu depuis lors un grand progrès car les autorités des aires protégées de nos trois pays dont l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature(ICCN) de la RDC, l’UWA (Uganda Wildlife Authority) de l’Ouganda et l’Office Rwandais du Tourisme et des Parcs Nationaux(ORTPN), actuel Rwanda Develpment Board (RDB) ont récupéré cette initiative louable. Plus tard, un protocole de collaboration a été signé à l’Hôtel Ihusi de Goma en mai 2006, entre le entre l’ICCN, l’UWA et ORTPN. La matérialisation de ce protocole s’est poursuivie dans l’élaboration d’un plan stratégique et la mise en place d’un Secrétariat Exécutif de GVTC basé à Kigali(Rwanda) depuis 2008 dont la mission est la mise en œuvre du plan stratégique débuté en 2008 et révisé en 2013. En ce jour, GVTC est doté d’un plan stratégique qui s’étale de 2013 à 2018.

Le Parc National de Virunga et les parcs nationaux du Rwanda et de l’Ouganda transfrontaliers à la RDC, y compris quelques réserves naturelles, sont dans une zone appelée « Rift Albertin Central » que nous appelons « Greater Virunga Landscape ou Paysage du Grand Virunga ». Ce territoire fait partie du patrimoine de l’humanité qu’il nous faut protéger. En conclusion, le Secrétaire Exécutif de GVTC a insisté sur la nécessité de la biodiversité qui concourt à protection de la vie humaine. « Sans biodiversité, il n’y a pas de vie », a-t-il affirmé, avant d’inviter les participants à regarder la réalité en face, vu que la biodiversité est en train de se dégrader à cause de l’action humaine. Les responsabilités sont donc partagées entre la RDC, le Rwanda et l’Ouganda et les communautés de ces trois pays transfrontaliers, avant de songer à l’appui de la Communauté internationale, se doivent réfléchir sur ce qu’elles peuvent apporter comme solution au phénomène de la destruction du patrimoine mondial. L’humanité tout entière est donc consciente de ce que nous sommes et de ce que nous avons dans le Paysage du Grand Virunga et si nous nous comportons normalement, nous pouvons bénéficier des apports de la Communauté internationale, suivant des créneaux bien établis, afin de nous aider à nous développer.

Monsieur Norbert Mushenzi, Directeur Adjoint du Parc National de Virunga a retracé les contraintes dans lesquelles fonctionne la conservation de ce Parc créé en 1925 et qui constitue 13% de la superficie de la Province du Nord Kivu. Ce parc si convoité est entouré de 11 (onze) collectivités (Rwenzori, Batalinga, Bapera, Bashu, Bamate, Bwito, Bwisha, etc) et de 4 millions d’habitants en quête des terres arables. Ce qui rend souvent la conservation difficile c’est le fait que pour certaines personnes, il n’y a pas de raison à conserver toutes ces terres arables uniquement pour le parc alors que la population en a besoin. Cela revient, selon ces personnes, à privilégier l’animal au détriment de l’être humain. Et pourtant, a précisé Mr Norbert Mushenzi, il y a certains projets développés par les autorités des aires protégées avec l’aide des partenaires en faveur des communautés riveraines du parc. C’est le cas par exemple de l’adduction d’eau à Tongo, réalisée par l’Union européenne. Il y a également l’usine de traitement de l’huile de palme à Mutwanga qui est desservie par le barrage hydroélectrique construit à Mutwanga même et qui est de 400 Kwatt. Aussi le Directeur adjoint du Parc National de Virunga a-t-il souligné que sans la présence des eaux que protège le Parc, la réalisation de ces projets ne serait jamais effective. Et pour clore ses propos, il a insisté sur la nécessité des comités de dialogue qui doivent servir des canaux de communication entre le Parc National de Virunga et les collectivités afin d’y apporter, tant soit peu, des réponses adéquates, dans l’intérêt de tous.

Au terme de ces deux exposés, Mr Jean Bwenge, représentant du Son Excellence Monsieur le Ministre Provincial de l’Environnement, Tourisme et Conservation de la nature, a salué l’intégration de l’approche « genre et environnement » en matière de conservation communautaire. Aussi a-t-il stimulé les participants à s’appliquer davantage au cours de ce séminaire d’importance capitale afin de produire des outils adaptés aux réalités de la population riveraine. Car, en paraphrasant M.K.Ghandi, tout ce que vous faites pour moi sans moi vous le faites contre moi.

A l’issue de ce séminaire de communication qui revêt une grande importance tant pour GVTC, ses partenaires ainsi que les participants, ceux-ci ont suggéré à l’ICC, GVTC et leurs partenaires, d’investir davantage et d’urgence, pour une conservation responsable et durable des ressources naturelles de la faune et de la flore en RDC, dans les actions : (1)large diffusion des messages de conservation à la base ;(2)intensification des rencontres de ce genre avec la base et les étendre aux entités intermédiaires (territoires et villages) ;(3) facilitation par le PNVi et GVTC du travail des conservateurs communautaires en multipliant le contact avec la population et renforcer ce travail ;(4) Appui au travail des organisations environnementales existant et travaillant avec la population et renforcement de la collaboration GVTC et ILDS(Initiatives locales de développement) ;(5) Production des outils didactiques de sensibilisation sur la conservation et les rendre disponible dans les villages, mener des campagnes publiques ;(6) Forte implication des medias et dotation ceux-ci, dans la mesure du possible, des moyens pour la production et vulgarisation des actions de conservation en vue d’ être plus communicatif ; (7)Implication des Eglises, écoles et leaders locaux dans la sensibilisation pour la conservation des ressources naturelles de la faune et de la flore ; (8) garantie de meilleures conditions de travail en faveur des gardes parcs ; (9) Déploiement d’un plaidoyer pour financer les projets des ILDS autours des parcs ;(10) engagement dans un plaidoyer pour une bonne implication des gouvernements dans les actions de conservation ; (11) production des affiches, dépliants et leur diffusion sur les places publiques dans les villes et villages en vue de l’éducation des enfants, jeunes et adultes sur la conservation communautaire ; (12) Production des documentaires sur le grand Virunga et les diffuser dans la région ; (13) Vulgarisation des acquis de ce séminaire à la base au profit des populations du massif ;(14) Appui aux AGRs menées par les communautés au profit de la population riveraine des aires protégées ; (15) Pérennisation des actions existantes dans la région au profit des communautés locales et riveraines du PNVi.

GVTC Communication Service

À propos de GVTC

La Collaboration transfrontalière du Grand Virunga est un cadre de gestion stratégique, transfrontalière et collaborative du paysage du Grand Virunga

              

Inscription à la newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des nouvelles et des mises à jour.

Informations de contact

Nyarutarama Road, Nyarutarma
PO Box 6626, Kigali, Rwanda
Téléphone: +(250) 252-580-429
Mobile +(250) 788-573-965
Email info@greatervirunga.org
Site web: www.greatervirunga.org

© Copyright GVTC, Tous droits réservés 2017.