Media Center

Home | Media Center

DOCUMENTS

  • Trilateral Memorandum of understanding...

    File size: 2.1 Mo

  • Transboundary Core Secretariat - Ten year...

    File size: 665 ko

  • Protocole d’entente trilatéral entre l’UWA,...

    File size: 2.1 Mo

Recherche sur les systemes hydrologiques aux abords du Parc Mgahinga & la forêt Echuya en Uganda

JPEG - 96.7 ko

En ce 31 mars 2015, la délégation de l’Ambassade des Pays-Bas qui appuie financièrement les projets de GVTC, a réalisé une visite de terrain afin de se rendre compte de différentes réalisations dans la province du Nord Kivu. Après une visite au laboratoire de l’INES Ruhengeri(Rwanda), ce fut le tour de la RDC, en province du Nord Kivu, où les chercheurs et experts partenaires de GVTC dans la réalisation des différents projets ont présenté à une vingtaine des participants, dans la salle de réunion du site de Rumangabo, les résultats de leurs recherches aux donateurs.

La délégation de l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas était composée de Madame Brechtje Klandermans et Mr Gaspar Ndagijimana, respectivement Première Secrétaire et Conseiller de l’Ambassade des Pays-Bas à Kigali (Rwanda). Ont pris part à cette importante réunion, les délégations de l’ICCN représenté par Mr Norbert Mushenzi, de l’Observatoire Vulcanologique de Goma (OVG) représenté par Dr Kacho Karume ; l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature RDC (IUCN) représenté par Madame Tina Lain ainsi que l’Institute of Tropical Forest Conservation de l’Uganda, représenté par Dr Robert Bitariho qui a livré les résultats du travail de recherche qu’il menée, avec son équipe, sur financement de GVTC accordé par l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas.

Conduite au cours de la période allant de décembre 2013 à décembre 2014, cette recherche a focalisé sur une enquête de systèmes hydrologique dans le paysage du Grand Virunga avec un accent particulier sur l’évaluation des ressources en eau et son utilisation aux alentours de Mgahinga Gorilla National Park et Echuya Central Forest Reserve, en Uganda.

Cette recherche a été jugée cruciale étant donné qu’une meilleure compréhension des systèmes hydrologique est susceptible de contribuer largement à la compréhension de l’immense richesse de la biodiversité et du bien-être économique des populations vivant dans cet environnement. Ainsi, les membres de la société ont besoin d’une compréhension exhaustive de leur environnement, y compris les interactions entre les conditions sociales, les services d’écosystème et autres facteurs à la fois internes et externes. C’est dans ce sens que ce travail de recherche avait pour objectifs de (i) déterminer la demande en eau et les contraintes des populations locales quant à chaque régime en matière d’eau ; (ii) inventorier les régimes existants en matière d’eau naturelle ( les zones humides, les ruisseaux, les lacs, les réserves et les sources d’eau) ; (iii) déterminer la quantité et la qualité de l’eau fournie par les différents régimes d’approvisionnement en eau ;(iv) référencer géographiquement les potentiels en eau et leurs attributs et cartographier les inondations ou érosion du sol dans certaines zones à risque dans la région ; (v) établir une base de données en termes de quantité et qualité d’eau selon les différents régimes et par rapport aux zones sinistrées ; (vi) formuler des recommandations pour une gestion durable des ressources en eau dans la région.
Au terme de ce brillant exposé présenté par Dr Robert Bitariho, les participants ont pu comprendre que la recherche avait été menée dans le but d’évaluer les compositions physiques, chimiques et biologiques de l’eau(en termes de qualité). L’évaluation de la qualité et de la quantité de l’eau aux alentours du paysage de Mgahinga & Echuya en vue de servir les besoins futurs en matière de monitoring et pour le besoin des systemes hydrologiques dans le paysage du Grand Virunga.
Les résultats de l’enquête socioéconomique démontrent que les communautés vivant aux abords de Mgahinga & Echuya sont vulnérables quant à l’accès à l’eau en qualité et en quantité. Les zones bordant Mgahinga disposent de plus sources d’eau que celles bordant Echuya. Le peu de sources d’eau disponibles aux abords de Mgahinga est certainement dû à la nature poreuse du sol et probablement à cause de l’aggravation du changement climatique entrainée par le drainage des marrais et le défrichement de la forêt.

La carence d’eau a terriblement un impact négatif sur la conservation étant donné la plupart des membres de la communauté se faufilent alors dans des activités illégales comme le braconnage. Pour atténuer ce dernier, le rapport de cette recherche a mis en exergue certains facteurs qui pourraient rendre fructueuses et bénéfiques les interventions de GVTC en matière d’adduction d’eau pour le bien-être des communautés dans le paysage du Grand Virunga.

Enfin, le Secrétaire Executif de GVTC, Dr Georges Muamba Tshibasu, a saisi cette opportunité pour remercier tous les partenaires impliqués dans les interventions de GVTC ainsi que l’Ambassade des Pays-Bas qui a mis à la disposition de GVTC les fonds nécessaires pour la conduite de ces recherches sur les systemes hydrologiques et la mise en œuvre des recommandations de ces dernières dans le but de répondre aux besoins urgents des communautés en matière d’approvisionnement en eau, en quantité et en qualité. Car, a-t-il précisé, « l’eau est une denrée importante à plusieurs raisons : sanitaire, socioéconomique mais aussi pour son utilisation par la population environnant les parcs. Je crois que c’est une très bonne option d’investir dans cette activité ; elle est cruciale, raison pour laquelle nous avons mobilisé des spécialistes de la région afin de nous assurer de la qualité de l’eau, de sa disponibilité, etc. ».

Sur ces mots, Dr Georges Muamba Tshibasu a réitéré l’engagement de GVTC quant à la détermination de poursuivre ce programme de recherche et d’adduction d’eau, avec l’aide des partenaires, susceptible de permettre un approfondissement d’autres études visant la réduction sensible des conflits homme-animal.
A noter aussi que parmi les défis à relever, le Secrétaire Exécutif de GVTC a mentionné la démographie galopante dans la région. Selon lui, on aura toujours des problèmes d’eau à cause de ce facteur. A ce défi s’ajoutent les déplacements massifs des personnes en temps de conflits et à moins que la région se stabilise, on aura toujours des problèmes de disponibilité d’eau dans la région et il faudra y faire face. Aussi a-t-il exprimé son souhait de voir le Royaume des Pays-Bas continuer à appuyer les actions de GVTC qui visent la conservation durable, l’amélioration des conditions de vie des populations à travers ces projets de recherche sur les systemes hydrologiques et d’adduction d’eau en qualité et quantité dans le paysage du Grand Virunga.

GVTC Communication Service

À propos de GVTC

La Collaboration transfrontalière du Grand Virunga est un cadre de gestion stratégique, transfrontalière et collaborative du paysage du Grand Virunga

              

Inscription à la newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des nouvelles et des mises à jour.

Informations de contact

Nyarutarama Road, Nyarutarma
PO Box 6626, Kigali, Rwanda
Téléphone: +(250) 252-580-429
Mobile +(250) 788-573-965
Email info@greatervirunga.org
Site web: www.greatervirunga.org

© Copyright GVTC, Tous droits réservés 2017.